Formation

Trop peu de journalistes en général, et de pigistes en particulier, continuent à se former une fois l’école derrière eux. Pourtant, c’est un droit et c’est très utile pour continuer à rester « à la page ». 

A quoi avons-nous droit aujourd’hui ?

La dernière réforme de la formation professionnelle (Loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel) pénalise un certain nombre de professionnels au statut particulier, comme les pigistes. Ainsi, nous n’avons plus droit au CPF transition professionnelle (ancien CIF) et à certains financements qui ont disparu avec la réforme.

Néanmoins, en tant que salariés, les pigistes ont droit – comme les autres salariés – aux dispositifs suivants : 

  • le plan de développement des compétences de l’entreprise (par exemple, celui de l’employeur principal)
  • le Compte personnel de formation (CPF) : formation visant une certification ; bilan de compétences 
  • le Conseil en évolution professionnelle (CEP)

Les pigistes de la presse écrite, des agences de presse et de la presse en ligne peuvent, en plus, obtenir des formations auprès de l’AFDAS, Opérateur de compétences (OPCO) pour les secteurs de la culture, des médias, des loisirs et du sport.  www.afdas.com

Les formations  accessibles, dans la limite d’un forfait annuel de 

3 000 €, doivent être dédiées à leur métier, avec quatre filières prioritaires : 

  • journalisme ; 
  • conception et réalisation numérique ; 
  • image/lumière ; 
  • domaines d’expertise dans le cadre du métier de journaliste (par exemple, un module de finances pour un.e journaliste économique, une formation sur les polluants chimiques pour un.e journaliste santé, etc.)

Une formation entrant dans l’une de ces filières est prise en charge par l’AFDAS (dans la limite du budget dont elle dispose). Les autres demandes sont étudiées au cas par cas par une commission ad hoc (la Commission paritaire « pigistes » de l’AFDAS).

A savoir : Un « suivi de parcours professionnel personnalisé » des pigistes est en cours d’élaboration (date prévue : septembre 2021). Il s’agira d’un « mini-site » web apportant une information de premier niveau (informations légales, offre de formation, cartographie des métiers) associé à un accompagnement personnalisé par le biais d’un « appui-conseil carrière » mis en œuvre par l’AFDAS.

 À qui s’adresser ?

  • Au service formation de l’un de vos employeurs pour une formation sur le plan de développement des compétences (appelé auparavant « plan de formation »). En général, les employeurs les réservent à leurs pigistes les plus réguliers. Votre choix de formation doit s’inscrire dans la stratégie de développement des compétences de l’entreprise.
  • A l’AFDAS si aucun de vos employeurs ne veut prendre en charge votre formation. Il existe des délégations AFDAS dans les régions. Il est également possible de faire sa demande en ligne. www.afdas.com. Au niveau national, une commission paritaire dédiée aux pigistes a été créée par l’accord pigistes du 9 mars 2016. Elle travaille à rendre cet accord opérationnel (choix des formations prioritaires, arbitrages budgétaires, actions de communication,…). La CFDT y compte deux représentants : Violette Queuniet et Dominique Martin. 

A savoir : en faisant financer votre formation par l’AFDAS ou par un employeur, vous ne touchez pas à votre CPF (Compte personnel formation) ! L’argent cumulé vous servira à payer une formation de votre choix plus tard. 

Les organismes de formation

Une sélection loin d’être exhaustive… Pour plus d’informations, voir le site de l’AFDAS.

  • EMI-CFD
  • CFPJ
  • ESJ Pro

FAQ

Allez sur le site moncompteformation.gouv.fr. Puis suivez-les indications pour créer votre compte. On vous demandera votre n° de SS et votre mail + le choix d’un mot de passe, c’est tout.

Ensuite, vous pourrez vous connecter à tout moment, en indiquant à chaque fois votre numéro de SS et votre mot de passe.

Depuis 2019, un salarié à temps plein acquiert 500 € par an (crédités sur le CPF au mois de mars de l’année suivante). Un prorata est calculé pour les salariés à temps partiel. La loi prévoit un calcul particulier pour tous les salariés (dont les pigistes) dont la rémunération ne dépend pas d’un horaire de travail.

Pour acquérir 500 €/an, il faut avoir gagné au moins 2 080 fois le montant horaire brut du SMIC (10,15 € en 2020) soit 21 112 €.

Vous avez gagné moins ? Faites une règle de 3 pour calculer la somme acquise. Exemple : vous avez gagné 15 000 € brut en 2020.

500 : 21 112 X 15 000 = 355, 24 €, soit 356 € crédités sur votre CPF (l’arrondi se fait à la décimale supérieure).

Le CPF est alimenté automatiquement par les déclarations de vos employeurs.

Vos heures disponibles (DIF et CPF) ont été converties en euros, à raison de 15 € par heure (loi du 05/09/18 pour la liberté de choisir son avenir professionnel).

Un salarié à temps plein acquérait 24 heures par an, soit 360 € par an.

Ces montants s’ajoutent à ceux acquis directement en euros depuis 2019, dans la limite d’un plafond de 5 000 €, pour encourager les salariés à utiliser leurs droits.

Vos heures de DIF disponibles au 31 décembre 2014 alimentent votre CPF.

Attention : contrairement aux heures CPF qui sont portées sur votre compte par votre employeur, c’est à vous (si vous ne l’avez pas déjà fait) de reporter ces heures dans votre compteur sur le site officiel moncompteformation.gouv.fr, rubrique « Saisir mon droit individuel à la formation ». Le maximum acquis s’élève à 120 heures (20 heures par an, durant 6 ans).

Si vous ne connaissez pas vos heures de DIF, contactez les services de l’AFDAS pour convenir d’un rendez-vous avec un(e) conseiller(e) afin de vous délivrer une attestation de DIF. Il faudra vous munir des documents suivants :

. vos fiches de paie en presse écrite (comme pigiste) de 2009 à 2014

. vos cartes de presse sur la même période.

Il faut que la formation demandée débouche sur une certification (ou une partie de certification). Toutes les formations « éligibles au CPF » sont répertoriées sur le site moncompteformation.gouv.fr

En pratique, si vous avez repéré une formation qui vous intéresse, demandez à l’organisme si elle est éligible au CPF.

ATTENTION – Les stages comme “Savoir utiliser les réseaux sociaux” ou “Ecrire pour être lu” ne peuvent pas être pris en charge dans le cadre du CPF car ils ne sont pas qualifiants. En revanche, ils peuvent être pris en charge par l’AFDAS, dans le cadre de l’accord pigistes. 

La seule condition est d’être titulaire d’une carte de presse et d’avoir pigé pour des entreprises de presse écrite et des agences de presse. Il faut donc avoir un minimum d’expérience professionnelle. Cependant, nul besoin d’attendre un an d’activité pour obtenir votre carte de presse. Vous pouvez la demander à la CCIJP (Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels) dès lors que vous avez exercé l’activité de journaliste durant 3 mois consécutifs et que vos revenus issus de la presse représentent au moins 50 % de vos revenus totaux. http://www.ccijp.net/article-34-faq.html

Si vous choisissez une formation par le biais de l’Afdas, votre budget annuel est limité à 3000 €, hors allocation et hors frais de transports éventuels. Si son coût est supérieur, essayez de négocier avec l’organisme de formation. Dernier recours, si vous ne voulez pas y renoncer : payer le différentiel de votre poche.

Même chose si vous voulez mobiliser votre CPF mais que le coût de la formation dépasse le montant acquis.

La réforme de la formation de 2018 pénalise les pigistes : avant, des financements croisés étaient possibles entre Afdas et CPF (formation Afdas abondée par le CPF ; CPF abondé par l’Afdas). C’est devenu impossible aujourd’hui.

Si votre formation est prise en charge par l’Afdas ou se fait sur le plan de formation de l’entreprise, vous avez droit à une allocation de 10 €/heure pour les formations d’une durée supérieure à 14 heures (c’est-à-dire plus de 2 jours). A partir de 3 jours, l’allocation de 10 €/heure démarre dès le 1er jour de formation.

Avant la réforme du 05/09/2018, il était possible d’être indemnisé si vous suiviez une formation dans le cadre du CPF. C’est désormais impossible.

C’était possible avant la réforme de la formation de 2018 : le CIF (congé individuel de formation) était financé par l’Afdas pour les pigistes et les intermittents du spectacle.

Aujourd’hui, le CIF est devenu CPF de transition. Il est réservé aux salariés en CDI et aux salariés en fin de CDD. Donc, les pigistes en sont exclus. Seule possibilité : si vous avez momentanément arrêté vos piges pour faire un CDD.

Comme tous les opérateurs de compétences (OPCO, issus de la nouvelle loi), l’Afdas n’est plus à la manœuvre sur le CPF de transition. Il faut désormais s’adresser à l’organisme appelé TransitionPro (1 par région).

Ce qui implique de choisir une formation en rapport avec les besoins de la Région…

 

Pour aller plus loin : Le livre Le journalisme en question, former pour innover (2015)